Copy
View this email in your browser

***Version française au bas de la page***

“During the COVID-19 pandemic, with adolescents likely to use digital platforms even more for personal or educational purposes, there could be a concurrent increase in cyberbullying, an expert warned. When smartphones and social media became ubiquitous for students, cyberbullying rates went up,” Sameer Hinduja, PhD, professor of criminology and criminal justice at Florida Atlantic University and co-director of the Cyberbullying Research Center, said in a news release.

Cyberbullying is when a child or teen becomes a target of actions by others – using computers, cellphones, or other devices – that are intended to embarrass, humiliate, torment, threaten or harass. It can start as early as age eight or nine, but most of the cyberbullying takes place in the teenage years, up to age 17.

Here are some of the common ways that cyberbullying is taking place among young people across Canada:

  • Sending mean or threatening messages by email, text or through comments on a social networking page.
  • Spreading embarrassing rumours, secrets, or gossip about another person through social networking sites, email, or texts.
  • Taking an embarrassing picture or video of someone and sending it to others or posting it online without their knowledge or permission.
  • Posting online stories, pictures, jokes, or cartoons that are intended to embarrass or humiliate.
  • Hacking someone’s social networking account and post material as them that would be embarrassing or offensive.
  • Tricking someone to share personal information and then sharing that information widely with others.
  • Creating online polls and rating people in negative, mean ways.

Cyberbullying is emerging as one of the more challenging issues facing educators, since it has a direct impact on students but often occurs away from school property.

Risk Management Tips:

  • In your online learning platforms and environments, set expectations and standards immediately and clearly for respectful behaviour among students. Remind students that the school’s code of conduct is in place in the distance learning environment.
  • Monitor all online interactions over which you have control:
    • If you’ve set up any form of chat room or social media page for distance learning – be sure to monitor for signs of inappropriate or malicious behaviour. Consider enabling any functions where the administrator must approve all comments before they are posted.
    • Review lists of students’ usernames to ensure all students are accounted for and that there are no duplicates or unknown group members. If found remove them immediately.
  • Encourage students to report any issues.
  • Reach out to students who have known or previous issues with bullying and check in with them and their families just like you would under normal school conditions.
  • Follow school board policy/procedures for reporting any inappropriate behaviour.
  • Watch out for students who are withdrawn, not participating in distance learning lessons, not responsive, dropping grades, etc.

In a distance learning environment, it may be challenging for educators to identify or recognize signs of cyberbullying given that students are physically removed from many environments where they would normally be able to reach out for help.

Having an awareness of what cyberbullying is and how your school board’s policies and procedures should be implemented should an issue arise can help educators exercise due diligence and meet the standard of care we owe our students.

***********************************************************************************************************************************

« Pendant la pandémie de COVID-19, les adolescents sont plus susceptibles d’utiliser les plateformes numériques à des fins personnelles ou éducatives; cela pourrait mener à une augmentation du nombre de cas de cyberintimidation. Depuis que les téléphones intelligents et les médias sociaux sont devenus omniprésents dans la vie des étudiants, les taux de cyberintimidation ont augmenté », a indiqué Sameer Hinduja, Ph. D., professeur de criminologie et de justice pénale à la Florida Atlantic University et codirecteur du Cyberbullying Research Center, par voie de communiqué (en anglais seulement).

Il y a cyberintimidation lorsqu’un enfant ou un adolescent devient la cible des actions d’autres personnes – au moyen d’ordinateurs, de téléphones cellulaires ou d’autres appareils – visant à l’embarrasser, l’humilier, le tourmenter, le menacer ou le harceler. Les jeunes peuvent faire l’objet de cyberintimidation dès l’âge de huit ou neuf ans, mais la plupart du temps, c’est pendant l’adolescence, jusqu’à l’âge de 17 ans, que l’on recense le plus grand nombre de cas.

Voici certaines formes courantes de cyberintimidation observées chez les jeunes dans l’ensemble du Canada :

  • insulter ou menacer une personne par courriel ou message texte, ou sur sa page de réseau social;
  • faire circuler des rumeurs, des secrets ou des potins embarrassants au sujet d’une personne sur des réseaux sociaux ou dans des courriels ou des messages textes;
  • prendre une photo ou tourner une vidéo embarrassante d’une personne à l’aide d’une caméra numérique et l’envoyer à d’autres personnes ou l’afficher sur Internet à son insu ou sans sa permission;
  • afficher sur Internet des anecdotes, des images, des blagues ou des bandes dessinées dont le but est d’embarrasser ou d’humilier;
  • pirater le compte de courriel d’une personne et envoyer des contenus blessants à d’autres en se faisant passer pour cette personne;
  • tromper une personne afin qu’elle fournisse des renseignements personnels, et transmettre ensuite ces renseignements à un vaste public;
  • créer des sondages sur Internet en vue de coter les personnes de façon négative et blessante.

La cyberintimidation apparaît comme l’un des problèmes les plus difficiles auxquels font face les éducateurs, car elle a une incidence directe sur les élèves, mais se produit souvent à l’extérieur de l’école.

Conseils en matière de gestion des risques

  • Dans vos plateformes et environnements d’apprentissage en ligne, établissez immédiatement et clairement des attentes et des normes pour un comportement respectueux chez les étudiants. Rappelez aux élèves que le code de conduite de l’école s’applique également dans l’environnement d’apprentissage à distance.
  • Surveillez toutes les interactions en ligne sur lesquelles vous avez le contrôle.
    • Si vous avez créé une salle de clavardage ou une page de médias sociaux pour l’apprentissage à distance, soyez à l’affût des signes de comportements inappropriés ou malveillants. Envisagez d’activer les fonctions permettant à l’administrateur d’approuver tous les commentaires avant qu’ils ne soient publiés.
    • Passez en revue les listes de noms d’utilisateur des étudiants pour vous assurer que tous les étudiants sont présents et qu’il n’y a pas de doublons ou de membres inconnus dans le groupe. Le cas échéant, supprimez-les immédiatement.
  • Encouragez les élèves à signaler tout problème.
  • Communiquez avec les élèves qui vivent de l’intimidation ou qui en ont déjà vécu, et agissez avec eux et leur famille comme vous le feriez dans des circonstances normales à l’école.
  • Suivez les politiques et les procédures du conseil scolaire pour signaler tout comportement inapproprié.
  • Soyez à l’affût des élèves qui sont en retrait, qui ne participent pas aux leçons d’apprentissage à distance, qui ne sont pas réceptifs, dont les notes baissent, etc.

Dans un environnement d’apprentissage à distance, il peut être difficile pour les éducateurs de détecter ou de reconnaître les signes de cyberintimidation, étant donné que les élèves n’ont pas accès physiquement à de nombreux environnements où ils seraient normalement en mesure de demander de l’aide.

Le fait de savoir ce qu’est la cyberintimidation et comment les politiques et les procédures du conseil scolaire doivent être appliquées en cas de problème peut aider les éducateurs à faire preuve de diligence raisonnable et à satisfaire aux normes de prudence pour le bien des élèves.

 

 

 

 

 

 

Our mailing address is:
OSBIE
91 Westmount Rd
Guelph, ON N1H 5J2
www.osbie.on.ca

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.






This email was sent to amanda_sims@bwdsb.on.ca
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Ontario School Boards' Insurance Exchange · 91 Westmount Road · Guelph, ON N1H 5J2 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp