Abandon d'une recherche de haut niveau
Une campagne de harcèlement met un terme à un programme de recherche

Une recherche de pointe
Nikos Logothetis dirige en Allemagne des recherches en neurosciences qui visent à comprendre l'émergence des capacités cognitives du cerveau. Son but est d'ouvrir la voie pour des réponses médicales à des pathologies cérébrales majeures qui concernent la perception, la cognition, la reconnaissance, l'apprentissage et la mémoire. Ses travaux font autorité dans le monde entier.

Ces recherches utilisent l'imagerie et la pose d'électrodes intracérébrales chez le rongeur et le primate (macaque) selon les mêmes procédures que celles appliquées chez l'humain. Elles sont autorisées et contrôlées par l'administration.

Contraint à abandonner
Mais Nikos Logothetis vient de décider 
d'abandonner les recherches sur primates suite à une campagne de harcèlementDes images obtenues sans autorisation et diffusées sans explication sur tous les médias ont alimenté une très violente campagne pour obtenir l'arrêt des études sur primates.

Les faits sont présentés en détails dans une lettre en anglais en en allemand écrite par le chercheur. Il y répond point par point aux allégations de mauvais traitement que les enquêtes menées par le Max Planck Institute et la justice n'ont d'ailleurs pas confirmées. Mais les méthodes de dénigrement très agressives des associations l'ont finalement décidé à abandonner le combat.

La communauté scientifique mondiale a déjà exprimé ses regrets pour cette décision et lancé une pétition. L'abandon du modèle primate dans ces recherches causera des pertes scientifiques importantes. Les autorités allemandes le déplorent.

Que faire ?
Doit-on permettre que des campagnes de harcèlement et d'intimidation violentes et alimentées par des rumeurs infondées mettent fin à des recherches autorisées par la loi et importantes pour des millions d'êtres humains ?

Quelles sont les responsabilités des autorités, des élus, de la recherche et de la presse dans une telle situation ? Comment peuvent-ils éviter que de tels événements ne se reproduisent ?

Pour sa part, la recherche est décidée à soutenir avec tous les moyens dont elle dispose les chercheurs qui seraient attaqués de la sorte.
 
Copyright © Gircor, Tous droits réservés

Notre adresse : Gircor - BEA Inserm, Faculté de médecine Pitié Salpêtrière - 91 boulevard de l'Hôpital - 75634 PARIS Cedex 13 - France
Vous avez raté la dernière lettre d'information ? Le journal La Croix publie un dossier sur l'expérimentation animale
Vous avez une question ? Cliquez sur répondre ou envoyer un tweet via : @recherche_animale

Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d'information désabonnez-vous