Copy
Voir le communiqué de presse dans votre navigateur
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

23 septembre 2016


CoDT : enfin de réels progrès pour la biodiversité

Les associations de protection de l’environnement ont été fort actives sur les questions de biodiversité dans le dossier du CoDT (Code du développement territorial). Plutôt remontées contre le code lui-même, elles sont aujourd’hui satisfaites de l’évolution des arrêtés, qui suppriment déjà de dangereuses imprécisions.
En janvier, huit associations environnementales ont lancé un appel à prendre mieux en compte la nature dans les textes du CoDT. En quelques semaines, cet appel a été signé par plus de 16.000 citoyens, dont plusieurs représentants politiques. La publication du texte, en juillet, avait provoqué l’ire des associations, y voyant une réelle absence de vision environnementale.
Ce 15 septembre, les arrêtés du gouvernement wallon  (AGW) relatifs au texte viennent d’être adoptés provisoirement. Il s’agit des arrêtés de mise en application, qui précisent de nombreux points non définis dans le code. A la lecture de ces AGW, les associations constatent avec satisfaction des avancées notables.

Emmanuël Sérusiaux, président de Natagora : « Nous déplorons toujours un code fort léger en termes environnementaux, car les arrêtés sont par définition plus exposés aux modifications. Néanmoins, de nombreuses revendications ont été intégrées : une meilleure protection des mares, des arbres  et des haies ou une définition plus claire des modifications du sol nécessitant un permis.»
Aujourd’hui, ces arrêtés doivent encore faire l'objet d'avis de différentes instances, dans lesquels siègent des membres de plusieurs des associations, avant l'adoption définitive par le Gouvernement à l’automne. De nombreux détails devraient alors être améliorés.

Jean-Claude Beaumont, président de la LRBPO : « Malgré certains points à éclaircir, on peut parler d’une belle victoire associative et démocratique. Nous avons donné notre avis, nous avons été suivis par de nombreux citoyens, nous avons été consultés par les politiques et, en fin de compte, nos revendications devraient se retrouver dans les textes définitifs. »
Selon les associations, certains points devront néanmoins encore être discutés, comme l'obligation d'un permis lorsqu'on modifie le régime hydrique de certaines zones humides ou la définition encore fort légère du périmètre de liaison écologique.  Au vu de l’évolution des arrêtés, elles se disent néanmoins confiantes sur la bonne clôture de ce dossier.
Photos : Mathieu Gillet, Jonathan Steuve, Nathalie Annoye
Natagora, Inter Environnement Wallonie, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Jeunes & Nature, les Cercles Naturalistes de Belgique, Ardenne et Gaume, les Naturalistes de la Haute-Lesse et le WWF-Belgique.

Note à l'attention des journalistes :


> Contact presse :

Natagora : Joëlle Piraux - 0479/59.32.30 – joelle.piraux(at)natagora.be
 
Copyright © 2016 Natagora, All rights reserved.


Désinscription   Mettre à jour votre profil

Email Marketing Powered by Mailchimp