Copy
Voir le communiqué de presse dans votre navigateur
COMMUNIQUÉ DE PRESSE


17 novembre 2016


Les oiseaux de nos jardins sont-ils devenus invisibles ?

Depuis plusieurs semaines, Natagora reçoit de nombreux commentaires de personnes qui signalent l’absence d’oiseaux dans les jardins. Ce constat semble se généraliser à l’ensemble de la Wallonie mais aussi à Bruxelles et à la Flandre. Où sont passé ces oiseaux et pourquoi y en a-t-il si peu cet automne ? Difficile de donner la cause exacte mais les ornithologues ont leur petite idée. Des hypothèses qui seront étayées par le week-end de comptage des oiseaux début février.

La première hypothèse est que les oiseaux se cantonnent aux forêts et aux haies qui regorgent de nourriture cet automne. Les hêtres ont produit cette année une grande quantité de faînes dont les oiseaux forestiers (mésanges, pinsons, grosbecs…) sont friands. S’il y a beaucoup de nourriture en forêt, les oiseaux visitent moins les jardins où les risques sont plus élevés (griffes des chats, collisions contre les vitres…). Les aubépines sont aussi bien chargées en baies, ce qui fait le bonheur des merles et des grives mais aussi des oiseaux granivores qui en mangent les pépins.
La faible présence d’oiseaux peut également s’expliquer par la reproduction qui a été très mauvaise au printemps 2016 pour certains passereaux communs, particulièrement chez les mésanges. « De nombreuses nidifications ont échoué à cause des conditions météorologiques froides et humides du printemps, explique Antoine Derouaux, ornithologue chez Natagora. Même les secondes nichées semblent avoir souffert également. Il y a donc moins d’oiseaux chez nous car il y a peu de jeunes. » Cette hypothèse est encore à confirmer par les ornithologues qui font des suivis réguliers de nichoirs.

Enfin, les oiseaux nordiques qui hivernent chez nous (tarins, pinsons des arbres et du nord, verdiers) ne semblent pas encore arrivés. Comme il n’y a pas encore eu de véritable vague de froid, la nourriture est probablement encore abondante sur les sites de nidification.
Faut-il s’inquiéter de ce phénomène ?

La mauvaise reproduction pourrait entraîner des baisses de populations de certaines espèces déjà malmenées par la diminution de leurs habitats. Mais généralement les espèces communes peuvent redresser leurs populations assez rapidement si les conditions sont bonnes et que la production de jeunes est élevée les années suivantes. L’impact sur les populations d’oiseaux nicheurs pourra être mesuré au printemps prochain grâce aux programmes de suivi des oiseaux communs menés par Natagora depuis 1990 en Wallonie et à Bruxelles.
Nous en saurons plus le premier week-end de février

Actuellement, il n'y a pas encore de données chiffrées disponibles pour pouvoir comparer les différentes années. L’opération "Devine Qui vient manger au jardin", qui a lieu chaque hiver depuis 2004, permettra d’obtenir des résultats dans plusieurs milliers de jardins répartis partout en Wallonie et à Bruxelles. Natagora vous invite donc à compter les oiseaux chez vous les 4 et 5 février, et à renseigner vos observations sur le site de l'association : www.natagora.be/oiseaux. Même, voire... surtout si vous n'avez pas d'oiseaux chez vous !

Comment limiter les diminutions d’oiseaux dans mon jardin ?


Aménager son jardin de manière favorable aux oiseaux n’est pas très compliqué. « On peut profiter de l’automne pour planter des buissons à baies (aubépines, viornes…) isolés ou en haie, conseille le spécialiste de Natagora. Cela permettra de fournir de la nourriture et des abris aux oiseaux. Laisser des zones d’herbes folles et un point d’eau pour les oiseaux permet également de rendre son jardin accueillant. »

Le nourrissage permet aussi aux oiseaux de trouver de quoi passer les nuits froides de l’hiver : « Si vous nourrissez les oiseaux, choisissez de la nourriture de qualité et surtout soyez régulier. Les oiseaux s’habituent vite à leur point de nourriture et en dépendent fortement. » En effet, un oiseau qui doit maintenir sa température peut perdre une grande partie de son poids en une nuit glaciale. S’il ne trouve pas suffisamment de ressources lors des courtes journées, il risque de mourir de froid la nuit suivante.

Suivre ces quelques conseils vous permettra sans doute d’observer plus d’oiseaux dans votre jardin lors de l'opération "Devine qui vient manger au jardin" organisée par Natagora les 4 et 5 février prochains !

> Plus d'infos sur www.natagora.be/oiseaux
Présente dans tout l’espace Wallonie-Bruxelles, Natagora
possède de nombreuses réserves naturelles, réparties sur plus de 4.700 hectares. Le grand objectif de l’association est d’enrayer la dégradation de la biodiversité et contribuer au rétablissement d’un meilleur équilibre entre l’homme et la nature.

 
Aves constitue le pôle ornithologique de Natagora. Les observations d’oiseaux effectuées par les ornithologues sont récoltées, analysées et font l’objet de publications (articles, Atlas...). Des études spécialisées sont aussi réalisées par le réseau des ornithologues amateurs et des professionnels afin, par exemple, de mieux connaître l’évolution des populations de nos oiseaux au fil du temps.
 
Copyright © 2016 Natagora, All rights reserved.


Désinscription   Mettre à jour votre profil

Email Marketing Powered by Mailchimp