Copy
Cher(e)s Ami(e)s, Cher(e)s Collègues,
Bonne lecture et amitiés.
Patrick Landman
Président de STOP DSM
Dear Friends, Dear Colleagues,
Enjoy reading and friendly.
Patrick Landman
President of STOP DSM
LIEN POUR OUVRIR LA NEWSLETTER _ LINK TO VIEW THE NEWSLETTER
VIDÉO DU 4° DÉBAT

THOMAS INSEL


 

Former US mental-health chief leaves Google for start-up.

L'ancien chef de la santé mentale US quitte Google pour une start up.

Comment of Allen Frances / Commentaire d'Allen Frances :
''Very scary, unethical misuse of smartphone data to diagnose mental illness. Invades privacy & mislabels normality.''


A FRENCH PHILOSOPHER (BRUNO LATOUR)
AGAINST EBM AND IN FAVOUR OF  CLASSICAL CLINIC?

UN PHILOSOPHE FRANÇAIS (BRUNO LATOUR)
CONTRE L'EBM ET EN FAVEUR DE LA CLINIQUE CLASSIQUE?

Read this important article / Lisez cet article important. Ceux qui veulent une traduction me le font savoir.

Evidence‐based health care (EBHC), previously evidence‐based medicine (EBM), is considered by many to have modernized health care and brought it from an authority‐based past to a more rationalist, scientific grounding. But recent concerns and criticisms pose serious challenges and urge us to look at the fundamentals of a changing EBHC.
In this paper, we present French philosopher Bruno Latour's vision on modernity as a framework to discuss current changes in the discourse on EBHC/EBM. Drawing on Latour's work, we argue that the early EBM movement had a strong modernist agenda with an aim to “purify” clinical reality into a dichotomy of objective “evidence” from nature and subjective “preferences” from human society and culture.
However, we argue that this shift has proved impossible to achieve in reality. Several recent developments appear to point to a demise of purified evidence in the EBHC discourse and a growing recognition—albeit implicit and undertheorized—that evidence in clinical decision making is relentlessly situated and contextual. The unique, individual patient, not abstracted truths from distant research studies, must be the starting point for clinical practice. It follows that the EBHC community needs to reconsider the assumption that science should be abstracted from culture and acknowledge that knowledge from human culture and nature both need translation and interpretation. The implications for clinical reasoning are far reaching. We offer some preliminary principles for conceptualizing EBHC as a “situated practice” rather than as a sequence of research‐driven abstract decisions.

Les soins de santé basés sur la preuve (EBHC), précédemment appelés Médecine fondée sur la preuve (EBM), sont considérés par beaucoup comme ayant modernisé les soins de santé et l’ayant amené d'un passé fondé sur l'autorité à une base scientifique plus rationnelle. Mais les préoccupations et les critiques récentes posent de sérieux défis et nous exhortons à regarder les fondements d'une EBHC en changement.
Dans cet article, nous présentons la vision du philosophe français Bruno Latour sur la modernité comme cadre pour discuter des changements actuels dans le discours sur EBHC / EBM. En s'appuyant sur le travail de Latour, nous soutenons que le début du mouvement EBM avait un fort programme moderniste dans le but de "purifier" la réalité clinique dans une dichotomie de « preuves » objectives de la nature et des «préférences» subjectives de la société et de la culture humaines.
Cependant, nous soutenons que ce changement s'est révélé impossible à réaliser en réalité. Plusieurs développements récents semblent indiquer une disparition de la preuve purifiée dans le discours de l'EBHC et une reconnaissance croissante - bien que implicite et sous-théorisée - que la preuve dans la prise de décision clinique est sans cesse située et contextuelle. Le patient unique et individuel et non les vérités abstraites provenant d'études de recherche éloignées, doit être le point de départ de la pratique clinique. Il s'ensuit que la communauté de l'EBHC doit reconsidérer l'hypothèse que la science devrait s’abstraire de la culture et reconnaître que les connaissances de la culture et de la nature humaines nécessitent toutes deux une traduction et une interprétation. Les implications pour le raisonnement clinique sont d'une grande portée. Nous proposons des principes préliminaires pour concevoir EBHC comme une «pratique située » (contextuelle) plutôt que comme une séquence de décisions abstraites axées sur la recherche.


PSYCHOLOGISTS AGAINST DSM 5
AN ALTERNATIVE TO DSM 5?

LES PSYCHOLOGUES CONTRE LE DSM 5
UNE ALTERNATIVE AU DSM 5 ?

Thanks to / Merci à Sarah Kamens


A NEW DISEASE MISOPHONIA?

UN NOUVEAU TROUBLE MISOPHONIE ?


Newsletters depuis janvier 2016 : CLIQUER ICI puis "PAST ISSUES".
Newsletters since january 2016: CLICK ON THIS then on "PAST ISSUES".
Lettre d'information réalisée pour Stop DSM par 1001 Cordes






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Hop la · No · Paris 75011 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp