Copy
Bienvenue dans la petite lettre numéro 23. Tu peux retrouver les éditions précédentes en cliquant ici.
Si tu reçois ce mail c'est parce qu'on a été en contact il n'y a pas trop longtemps ou, encore mieux, que tu as délibérément choisi de t'abonner. Tu peux bien sûr te désabonner, le lien est tout en bas.

Temps de lecture: 3 minutes et 22 secondes
On fait (jamais) comme on a dit.

Ça fait plusieurs mois — voire même assez de mois pour faire des années — que j’ai l’impression de ne plus créer des choses. Créer des choses pour de vrai. Simplement même avoir des idées. Avoir des idées à la con, créer des trucs nuls, fabriquer des choses avec un morceau de pain séché ou dessiner dans un carnet à l'aide d'un chat. Je sais pas. Ça me manque fort je t’avoue.
Alors je m’y remet. Doucement.
J’avais l’impression que j’avais besoin de sang neuf pour relancer la machine. C’est typique du spécialiste de la procrastination ça, penser qu’on a pas le bon matériel et donc on continue à ne rien faire tant qu’on n'a pas les bons outils. Les signes avant-coureurs de cette énième renaissance sont bel et bien là pourtant. Podcast relancé. Nouveau carnet. Patreon réactivé. Je dessine et j’écris tous les jours. Mais jusqu’à quand. Comme je l’évoquais dans la dernière lettre, c’est constamment en dent de scie ces états. Tu te lances dans un nouveau truc, ça t’obsède et tu ne fais rien d’autre pendant un moment, c’est souvent une période où tout le reste roule presque tout seul, donc t’as un peu plus de temps pour faire du neuf et puis la réalité te rattrape. Tu dois régler un truc chiant, on te relance sur un projet qui était en stand-by et hop, te voilà reparti dans une phase où tu pleurniches parce que « puuu j’ai plus le temps de rien faire ».
Mais est-ce comme ça partout, tout le temps et pour tout le monde? J’imagine que ça dépend des tempéraments et des signes du zodiaque. Être intransigeant sur le temps qu’on prend, pour soi, pour la famille et les copains, pour ses propres projets.

Par exemple, là, je suis à Rennes, en day-off avec It It Anita et j’ai décidé de prendre ma matinée au Café Albertine pour terminer cette petite lettre. Je suis arrivé à 9:45, je me pose, je commence à gribouiller 2-3 trucs dans mon nouveau carnet (je l’adore, c’est un Zequenz), j’ouvre Day One pour commencer à rédiger et hop, une notification, deux notifications, on est lundi, c’est très urgent, je dois répondre, je répond, mon Slack sonne (« slaxonne » faudrait inventer ce mot), plein de trucs super importants à régler et hop, il est 12:25 je dois quitter mon bureau nomade parce qu’on a un rendez-vous avec It It Anita l’aprem et ma petite lettre n’est pas écrite. En tous cas pas totalement.

Bon après je me plains pas du tout. Je fais un/des boulot/s que j’ai choisi/s et je m’estime plutôt chanceux (voire même plutôt fier de ce qu'on a réussi à mettre en place avec les copain.pine.s hashtag selflove) de pouvoir faire des choses. Alors, quand régulièrement (presque tous les jours) j’ai des idées à la con, pour faire, créer, dessiner ou écrire des trucs inutiles, j'essaye de le faire. C'est comme un jogging d'idée pour garder la forme. Parmi ces derniers flashs, en écoutant le podcast de Eva Bester « Remède à la mélancolie » avec Alain Souchon, j’ai eu une soudaine envie d’apprendre un poème par jour, par cœur. C’est inutile, j’avoue. Enfin peut-être pas. Quoiqu'il en soit pour l'instant, j’ai pas encore fait.
Sinon, il y a une paire de semaines, on était sur la route de Dijon et je ne sais pas d’où c’est venu mais j’ai écrit un haiku sur le café. J’ai appelé ça Haikuillèreàcafé et depuis j’ai essayé de garder le rythme. C'est totalement inutile mais ça gym le cerveau.
Des choses inutiles j’en ai fait plein. Photographier (des dizaines de fois — je l'ai encore fait hier) des vieux matelas pourris plein de pisse, dans la rue. Faire des portraits statiques en video de 10 secondes. Prendre en photo les parapluies abandonnés dans la rue. L’inutile on en a même fait un workshop dans une école à Aix-en-Provence avec mon ami Gregory Decock. Finalement, pas mal de ces choses inutiles m’ont appris des choses utiles et c’était cool.

Je vais terminer cette petite lettre dans le van en allant à notre rendez-vous, tu auras remarqué que j’avais prévu de te parler de l’utilité de l’inutile mais je suis parti sur autre chose finalement, on en parlera une autre fois. Si tu connais des poèmes à apprendre par cœur, envoie.
Et fais des choses inutiles.



(C'est comme "Haïku" + "Cuillère à café" tu comprends?)

Les petites cerises sur le gâteau de la vie
Si t'es à Nantes, Merignac, Tours ou Lorient, on peut se croiser sur une date It It Anita.
Si t'es à Liège jeudi tu peux aller voir les ballades folk de Elvin Byrds
Si tu veux une exclu, voilà le nouveau clip de Annabel Lee 
Si tu vois Ma Petite Lettre pour la première fois, inscris-toi.
Si tu veux me dire des trucs, écris-moi.
Si ça te plaît, partage-là :)
Share Share
Tweet Tweet
Forward Forward
© 2019 DAMIEN.COOL.


Si tu veux changer tes "petites préférences", tu peux les mettre à jour ou te désinscrire.

Email Marketing Powered by Mailchimp