Copy
View this email in your browser
POUR DIFFUSION

Contact: vatican2paris2015@outlook.com

 

50 ans après, Vatican II interpelle des théologiens du monde entier

La Fédération Internationale des Universités Catholiques a réuni du 13 au 15 avril
des théologiens venant de 25 pays pour réfléchir aux défis actuels
posés à nos sociétés et à l'Église
À l’occasion du cinquantième anniversaire de Vatican II, une centaine de théologiens et de théologiennes de plus de 25 pays se sont retrouvés à Paris pour réfléchir ensemble, à la lumière du concile, aux défis actuels posés à nos sociétés et à l’Église.
 
Du 13 au 15 avril, s’est déroulé le colloque Vatican II : Evénement historique – enjeu pour aujourd’hui. L’Evangile au risque des cultures. Une centaine de participants de plus de 25 nationalités se sont réunis à la maison Breteuil, siège de la Conférence des Evêques de France, à Paris. Le colloque se composait de quatre grands volets.

Après l’ouverture et le mot d’accueil, par Pedro Rubens Ferreira Oliveira, président de la Fédération Internationale des Universités Catholiques (FIUC), une première séance introductive, présidée par Mathijs Lamberigts, fut consacrée à un propos inaugural : Â« Vatican II, enjeu historique et théologique Â»,. Christoph Theobald a donné un aperçu de l’origine et de l’esprit du projet, et a rappelé le processus de sa mise en Å“uvre. Puis, Gilles Routhier a présenté les objectifs du colloque, son déroulement et les dynamiques de travail. La séance, levée par Mgr Guy-Réal Thivierge, Secrétaire Général de la FIUC et Directeur du Centre de Coordination de la Recherche de la FIUC (CCR-FIUC), s’est terminée par la présentation des 35 membres des différentes commissions.

La deuxième séance a été centrée sur les textes préparés avant le colloque : après la présentation des textes par les cinq présidents des commissions, cinq répondants, Pierangelo Sequeri, Maria Clara Bingemer, José Tolentino Mendonça, Albert Mundele Ngeng et Andrés Torres Queiruga, ont réagi aux textes. Le débat en assemblée plénière qui a suivi s’est fait, comme pour toutes les séances, en anglais, français, espagnol, grâce à un service d’interprètes. Les réactions aux textes lors de cette séance ont été ensuite prises en compte par les commissions initiales, auxquelles s’étaient joints d’autres participants au colloque, selon leur préférence. Lors de cette troisième séance, un immense travail collectif s’est accompli dans les commissions, tandis qu’une commission supplémentaire, dont les membres représentaient la diversité des participants au colloque (intergénérationnel, international, …), commençait d’écrire une déclaration finale. Une fois ainsi révisés, tous les textes ont été de nouveau présentés à l’assemblée, au cours de la dernière séance du colloque. Les participants ont alors eu l’opportunité de se prononcer dans d’ultimes interventions, qui portaient également sur la déclaration finale et la synthèse prospective des travaux du colloque. Un  mandat fut accordé au Comité scientifique pour finaliser les textes dans une phase post-colloque.

Ces quatre séances de travail et collaboration mutuelle, organisées avec l’assistance de Dries Bosschaert, responsable du secrétariat du Comité scientifique, du secrétariat de la revue des Recherches de science religieuse, du secrétariat du CCR-FIUC et de différents doctorants, ont été enrichies par des temps de liturgie et des soirées grand public.

La première journée s’est ouverte avec une prière en trois langues, organisée par Erwan Chauty, responsable pour des liturgies du colloque. Une liturgie de la Parole, présidée par S. Exc. Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des Evêques de France, a inauguré la deuxième journée. Une célébration eucharistique, présidée par Pedro Rubens, entouré de Gilles Routhier, Christoph Theobald et Mathijs Lamberigts (qui a prononcé l’homélie) a marqué la troisième journée.

Les soirées grand public, chaque fois précédées d’un buffet dînatoire pour les participants au colloque, étaient organisées par les institutions partenaires. À l’Institut Catholique de Paris-Theologicum (en partenariat avec l’Institut Saint-Serge) la soirée fut consacrée au thème « Quelles ressources Vatican II offre-t-il aujourd’hui pour le gouvernement de l’Eglise et des Eglises ? Â». Au Collège des Bernardins, le thème proposé était: « La dignité de la personne : une valeur universelle ? Â» ; celui du Centre Sèvres-Facultés Jésuites de Paris (en partenariat avec l’Institut Protestant de Théologie de Paris) était: « Å’uvrer à une culture de paix, les ressources du Concile Vatican II Â».
 
 
Le Comité scientifique
Historique du projet
Déclaration finale
Photos du Colloque
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
Copyright © 2015 International Federation of Catholic Universities, All rights reserved.


unsubscribe from this list    update subscription preferences