Copy
View this email in your browser
Bonjour,
Déjà deux semaines de confinement, et le temps n'a plus tellement de sens. Cette citation, choisie par les scientifiques du GIEC pour ouvrir leur rapport sur le monde à 1,5°, lui en redonne un peu.
” Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. “ 

– Antoine de Saint ExupéryCitadelle, 1948
Comment rendre le futur possible ? Vaste question, à laquelle l'arrêt de la destruction de l'environnement apporte un début de réponse. En prenant des mesures de relance compatible avec la transition bas carbone, peut-être. Mais aussi en s'inspirant des villages qui réussisent leur transition, en misant sur les renouvelables par exemple. Ou pour le bâtiment, en s'interrogeant sur son bilan carbone.

Bonne lecture - et n'hésitez pas à nous donner votre point de vue - si vous avez le temps.


Des voix s’élèvent pour prioriser le climat après la crise

 
Les subventions à tout va, y compris aux énergies fossiles, avaient fleuri après la crise de 2008. La relance pourrait cette fois être compatible avec le climat, proposent des politiques et des experts.
 

 
Au cœur du Berry, les éoliennes font l’unanimité

 
Le maire de Saint-Georges-sur-Arnon a été réélu au premier tour des élections municipales. Les ressources importantes que le parc éolien fournissent à sa commune y sont pour quelque chose.
 
 

Le BTP planche sur le bilan carbone du ciment et de l’acier

 
Recycler des déchets pour le mélanger au béton, alléger le bilan carbone de l’acier : les techniques explorées par le secteur du bâtiment pour réduire ses émissions sont prometteuses. Mais rarement bon marché
 
 

L’éolien s’envole partout, sauf en France

 
2019 a vu apparaître un nombre record d’éoliennes dans le monde, avec un bond de 19 % de la capacité éolienne totale. En France, les recours multiples ralentissent le développement de l’énergie renouvelable.
 

Les bons liens du climat


Les prix de l’énergie se sont effondrés avec la mise à l’arrêt de l’économie mondiale, mais le plus spectaculaire est sans doute à venir. Le baril de pétrole de reférence, ou WTI, est encore à quelques 20 dollars, mais dans d’autres lieux où la capacité de stockage est faible, les producteurs le bradent, comme au Canada, à 7 dollars le baril. Voire sont prêts à payer pour s’en débarrasser, afin d’éviter des coûts de stockage trop importants. Et en mer, la demande de “tanker” pour stocker le pétrole en surplus n’a jamais été aussi élevée.
 
Et ce n'est pas tout pour celui qu'on n'appelle plus l'or noir : au Royaume-Uni, des experts sanitaires affirment au British Medical Journal qu'il faudrait labelliser les énergies fossiles comme les paquets de cigarette : en apposant des images choc de leurs dégats.
 
Un effondrement qui ne touchera pas les actionnaires de Total : le groupe français est tranquillement en train de distribuer les quelques 2 milliards de dividendes qu’il leur avait promis.
 
Le Japon a présenté son plan climat revisité en amont de la prochaine COP. S’il est précoce, il est aussi très décevant : il propose une réduction de seulement 36 % des émissions de CO2 du pays d’ici 2030. Soit le même objectif qu’en 2015. L’ONG WRI a donc réfléchi à des solutions alternatives pour l’archipel, et lui propose de sortir des énergies fossiles qu’il importe entièrement, ce qui lui permettrait aussi de créer de nombreux emplois.

Auditer l’efficacité énergétique des bâtiments est une pratique répandue, mais insuffisante. Ainsi à New-York, la consommation des appartements privés a reculé d’un peu plus de 2 %, et celle des immeubles de bureau de quelques 4 % depuis que la norme existe. Une goutte d’eau par rapport aux besoins, assure un article de Nature Energy.
 
La destruction des forêts et l’artificialisation des terres jouent un rôle crucial dans la propagation des virus des animaux aux humains, en perturbant la biodiversité. Ici, l’ancien président du comité national consultatif d’éthique et professeur de médecine Didier Sicard raconte comment les infrastructures de la route de la Soie, et notamment des nouveaux chemins de fer en cours de construction, modifient l’habitat naturel des chauve-souris en Asie. 
 
Dangereux pour les humains, le COVID-19 l’est sans doute, aussi, pour les gorilles. En RDC, les parcs naturels ont dû fermer pour protéger les grands singes.
Cette newsletter vous a été transférée ? Pour s'inscrire c'est par ici
Copyright © 2020 Climatico, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp