Copy
View this email in your browser
Bonjour <<Prénom>>
Deuxième semaine du déconfinement. Jusqu'ici, tout se passe plutôt bien. Et l'on constate qu'en dehors des aspects strictement sanitaires, l'impact de la crise est à double-tranchant. S'il  est plutôt positif pour les partisans de la "ville durable", dont les outils se sont avérés très utiles face à la pandémie, il est de façon contre-intuitive, moins favorable au climat. Certes, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué en raison de la crise économique, mais les prix de la tonne de CO2, en baisse en raison du surplus de quotas qui en résulte, sont désormais trop faibles pour rendre compétitives les solutions décarbonées. Heureusement, certaines contraintes liées à la pandémie stimulent la créativité d'entreprises telles qu'Ingenica, qui a mis au point une technologie capable de désinfecter les masques, permettant d'envisager de les ré-utiliser et d'économiser le plastique nécessaire à leur fabrication. Et l'agrivoltaïsme dynamique, en réconciliant production d'énergie solaire et production agricole, semble une solution sur-mesure face aux enjeux de relocalisation des activités stratégiques accentués par la pandémie.

Comment la crise sanitaire fait progresser les territoires intelligents

La plateforme de services développée pour l'Ile-de- France a répondu à des besoins cruciaux et permis aux Franciliens de se l'approprier.
 

L’agrivoltaïsme, pour s'adapter au changement climatique

Energie locale par excellence, le solaire peut aussi servir à protéger certaines cultures du réchauffement climatique.
 

Le recul des émissions de CO2 légitimise un prix plancher du carbone

Le marché est déséquilibré par la baisse momentanée des émissions de CO2 liée à la crise économique provoquée par le Covid-19. La France plaide pour un prix minimal de 25 euros.
 

Le four à UV, une solution pour réutiliser les masques jetables

La PME française Ingenica propose de bombarder d'UV les masques en plastique pour les désinfecter. Réutiliser les masques permettrait de modérer la consommation de plastique dont ils sont composés.
 
Cette newsletter vous a été transférée ? Pour s'inscrire c'est par ici

Les bons liens du climat

  • Le ton est donné : les députés dissidents LREM, dont Mathieu Orphelin, ont intitulé leur nouveau groupe « Ecologie Démocratie et Solidarité ». S’ils sont seulement 17, ils ont fait perdre la majorité absolue à La République En Marche. Un jeu à quitte ou double : il risque soit de rapprocher encore un peu plus LREM de son aile droite, et donc de l’éloigner des enjeux environnementaux, soit de convaincre plus de députés de la majorité de la quitter.
  • Les autorités indépendantes françaises avaient annoncé en décembre dernier qu’elles se penchaient sur le sujet climatique. C’est chose faite : elles ont publié les pistes pour intervenir sur le sujet, en incitant les entreprises à prendre en compte le risque climatique, mais aussi à contribuer à la prise de conscience du public en évitant le greenwashing. Vaste programme.
  • Et si on fixait des quotas de CO2 à tout le monde ? C’est une des réponses de Thomas Piketty à la crise sanitaire : un budget carbone individuel. Une solution pour permettre aux citoyens de comprendre qu’après les WE en voitures chez Mamie, et un aller-retour à à New-York, ils n’ont plus droit ni aux entrecôtes, ni aux chauffage au fioul. Dilemmes en perspective. 
  • Le lobby du pétrole américain, American Energy Alliance, a tant aimé le documentaire anti-renouvelables de Michael Moore, Planet of Humans, qu’il lui fait de la pub sur Facebook, selon la newsletter Heated. Et ce, entre deux posts de soutien à Donald Trump, à quelques mois des élections présidentielles américaines.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Quiz climat et vie professionnelle
Copyright © 2020 Climatico, All rights reserved.

Un message ? C'est par ici : redaction@climatico.fr




Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp