Copy
View this email in your browser


Bonjour <<Prénom>>

Nous sommes tous atteints, un jour au l’autre, d’un dysfonctionnement appelé dissonance cognitive. Quand je dors mal, je décide dès le matin de limiter la caféine. Mais en début d’après-midi, je me retrouve quand même à avaler ce troisième café tout en m’auto-justifiant : « ah celui-là j’en ai besoin », « la nuit est encore loin », « je ferai du sport ce soir »…Rien de très grave si cette dissonance reste dans la sphère privée. Mais ce genre de comportement paradoxal devient plus inquiétant quand il frappe des chefs d’entreprise, qui se mettent à exposer leurs contradictions dans la sphère publique.
Par exemple quand l’Afep et le Medef réclament un moratoire sur les nouvelles règles environnementales auprès de la Commission européenne et du gouvernement français, et quelques jours plus tard signent une tribune appelant à une relance verte. Soit les entreprises tentent de se désintoxiquer, non pas de la caféine, mais des subventions aux énergies fossiles, de l’hyperconsommation, des dividendes et autres freins à la lutte contre le changement climatique. Soit elles tiennent à ce que rien ne change, et dans ce cas, s’appliquent à convaincre les gouvernants qu’il faut toujours plus d’avions et d’émissions de Co2. Ce qu’elles font visiblement mieux : aujourd’hui l’Etat français a avant tout décidé d’aider les secteurs de l’aérien et l’automobile, tout en sachant que ce choix dangereux pour le climat l'est aussi à terme pour ses citoyens. Et si on arrêtait de se mentir ?

 

Dominique Bourg : "si on dépense un argent fou pour une relance grise, il ne restera rien pour le climat"
 
Le philosophe franco-suisse, auteur de nombreux ouvrages sur l'écologie et candidat malheureux aux dernières élections européennes aux côtés de l'ancienne ministre Delphine Batho, a imaginé une série de solutions pour les entreprises, les citoyens et les territoires.

Neuf villes suédoises à la recherche de récits climatiques

Pour imaginer un futur compatible avec la lutte contre le réchauffement climatique, le réseau "Viable Cities" a commencé par recruter un conteur en chef. Rencontre.

Biodiversité et climat, un mariage de raison

Renforcer la gouvernance du climat, qui n'avance pas, et celle de la biodiversité encore à ses balbutiement pourrait se faire grâce à une approche intégrée des deux problèmatiques. 

Mobilité : les collectivités seront un rouage essentiel de la relance

Le secteur automobile va sortir très meurtri de la crise. Professionnels du secteur et tenants de la transition écologique s’opposent sur le contenu du plan de relance, qui devra notamment permettre aux collectivités d’investir.
 

Cette newsletter vous a été transférée ? Pour s'inscrire c'est par ici

Les bons liens du climat

  • L’objectif de neutralité carbone est définitivement tendance !  Aidé par une plainte au civil et une résolution d’actionnaires inquiets de leurs futurs rendements, Total l’a adopté en présentant ses résultats 2020 le 5 mai. Concrètement, le groupe pétrolier ne change rien : son objectif pour 2030 reste celui d’un recul de 15 % de ses émissions de CO2, qui rend l’objectif 2050 fort peu crédible. D’autant que comme l’expliquait Climatico le mois dernier, cet objectif a peu de sens pour une entreprise, à moins de réorienter entièrement toutes ses activités. Ce qui reviendrait pour Total à décider de laisser pétrole et gaz sous terre pour sortir totalement des énergies fossiles. 
  • C’est une première dans le monde de l’acier : un haut fourneau en Suède a fonctionné avec de l’hydrogène plutôt que du charbon, le tout produisant un acier de bonne qualité. Problème : l’hydrogène qui pourrait être produit avec des énergies renouvelables l’est pour l’instant avec du charbon ou du gaz. L’expérience n’a donc d’intérêt que de montrer la faisabilité du processus, plutôt que de réduire l’empreinte carbone de l’industrie.
  • Pourquoi a-t-on vendu autant de SUV ces dernières années, alors qu'ils n'ont aucun avantage sur les autres modèles ? C’est le site automobile Caradisiac qui se pose très sérieusement la question, après avoir comparé les performances techniques de ces véhicules plus lourds, moins économes en énergie, moins rapides que les berlines. 
  • Les émissions de CO2 des industriels européens ont reculé de plus de 8,7 % en 2019, avant même la crise sanitaire. Le prix élevé des quotas de CO2 est le principal responsable de ce recul, les producteurs d’électricité s’étant massivement tournés vers le gaz naturel plutôt que vers le charbon par souci de rentabilité.
  • Comme les marchés du carbone ne sont pas si répandus, la tendance mondiale n’est toutefois pas à la baisse des émissions : le plus haut niveau de CO2 dans l'atmosphère jamais constaté a été relevé ce 1er mai, avec une concentration de 418,2 part par millions au dessus du cratère de Mauna Loa, à Hawaï, où la mesure de la concentration du CO2 a démarré en 1958. Un seuil qui devrait être ramené à 350 ppm pour espérer que la température se stabilise.
  • Nicolas Hulot propose 15 mesures à adopter avant la fin du confinement, principalement sociales mais aussi écologiques, inspirées du partage des richesses et de la taxaxion des revenus plutôt que du travail et de la consommation. Des solutions incontournables pour le monde d'après qui sera "radicalement différent" selon l'ex-ministre de la Transition écologique qui a le soutien de plus de 60 organisations françaises.
  • Ne perdez pas de temps sur Netflix à regarder Planet of Humans, un documentaire produit par Michael Moore et déjà regardé par 4 millions de climato-sceptiques. C'est un micro-trottoir long et pénible qui prétend révéler du green-washing, mais qui ne fait que s'interroger sur le bilan carbone des énergies renouvelables. Sans parvenir à le trouver, en 1h40.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Quiz climat et vie professionnelle
Copyright © 2020 Climatico, All rights reserved.

Un message ? C'est par ici : redaction@climatico.fr




Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp