Copy
Union Presse
27/10/2016
Direct Editeurs
L’ÉVÉNEMENT
Commerce
photo Philippe Pérez-Castano
-
Sauvons les commerces
de centre-ville !
. Un taux de vacance commerciale
supérieur à 10 %

“Avec un taux moyen de vacance commerciale dans les centres des villes moyennes en France qui dépasse les 10 % en 2015, en augmentation sur les dix dernières années, la dévitalisation commerciale de nombreux centres-villes en France se confirme”, constate le rapport sur la revitalisation commerciale des centres-villes de l’Inspection générale des Finances (IGF) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), publié le 20 octobre.
Dans près de 190 villes, le taux de vacance moyen, qui mesure la part des locaux commerciaux qui ne trouvent pas preneur à la location, est passé de 6,1 % en 2001 à 10,4 % en 2015. Sachant que, au-delà de 10 %, cela témoigne “d’un déclin structurel de la commercialisation du centre-ville”. (Source : Le Monde daté 21 octobre) Malheureusement, les magasins de presse ne sont pas épargnés.
 
. Croissance anarchique des GMS
La désertification commerciale s’explique par :
  • le déficit d’accessibilité du consommateur au centre-ville (problèmes de stationnement, tarif élevé des parkings), l’augmentation des loyers commerciaux et du prix du mètre carré, ou la concurrence des boutiques par le commerce en ligne.
  • le développement exagéré des surfaces commerciales en périphérie : “La création d’une grande surface peut concurrencer, pour certains secteurs, le commerce de proximité dans les villes isolées et périphériques”, affirme le rapport. Celui-ci précise que “la création d’une grande surface supplémentaire pour 10 000 habitants accroît le risque de sortie d’un commerce de proximité deux ans après.”

 . Encadrer les loyers des spécialistes de la presse
  • L’UNDP va proposer aux présidentiables et aux élus locaux que soit créé un label pour valoriser les marchands de journaux spécialistes. L’objectif est aussi que ces diffuseurs de culture bénéficient de loyers encadrés : les propriétaires pourraient leur louer des locaux selon un dispositif fiscal avantageux.
  • Fin novembre, Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire va rassembler les acteurs du commerce autour de la table. Objectif : mettre en œuvre des solutions rapidement. L’UNDP, membre du Conseil du commerce de France (CDCF) participera à ces débats.
Votre commentaire
FOCUS
Avenir du livre
photo Gérard Brouzes
Le livre, une valeur d'avenir
Selon Arnaud Noury, pdg de Hachette Livre : “Le marché du livre papier est appelé à demeurer stable sur les quinze à vingt prochaines années.”

Voici l’analyse qu’il a délivrée aux Échos (14 et 15 octobre) :
. Plus de gros lecteurs
Au cours des cinq dernières années, il a été observé que les très gros lecteurs, ceux qui lisent une vingtaine de livres par an, ont un peu moins lu. Certes, mais ils sont plus nombreux !

. Des best-sellers qui attirent les petits lecteurs
À l’inverse, il y a une hausse des petits lecteurs, qui consomment de trois à quatre livres annuels. C’est ce qu’on pourrait appeler une conséquence de la “best-sellarisation”, avec un effet Millénium, un effet 50 Nuances

. Des lecteurs moyens attirés par d’autres sirènes
Au milieu, une catégorie est en baisse sensible : celle des lecteurs moyens, exposés à d’autres catégories de loisirs comme les séries télé, le smartphone, les jeux vidéo, bref, quantité d’activités de moins en moins chères et de plus en plus accessibles…
De façon globale, le vieillissement de la population joue néanmoins en faveur du marché du livre et compense le reste.
Votre commentaire
ILS L'ONT DIT
Vincent Rey
Vincent Rey
Directeur général de Presstalis
“En 2017, nous mettrons à la disposition des marchands un portail qui leur sera dédié. Objectif : qu’ils puissent nous faire facilement remonter des informations et dialoguer avec les autres acteurs de la chaîne de distribution, tels les éditeurs. C’est un point essentiel.”


 
Votre commentaire
Claude Perdriel
Claude Perdriel
Propriétaire-dirigeant
du groupe Perdriel
“Je suis un peu comme la chèvre de monsieur Seguin :
je lutterai jusqu’à l’aube avec mes amis journalistes pour défendre la vérité, la pédagogie et l’information. Si Challenges n’existait pas, il n’y aurait pas de grand magazine économique en France. Je reste motivé et enthousiaste.”
Votre commentaire
 
Le saviez-vous ?
Top Santé
Record de ventes pour Top Santé !
Avec sa nouvelle formule (daté septembre 2016) lancée en août dernier, le mensuel Top Santé, édité par le groupe Mondadori France, a enregistré sa meilleure performance depuis 2012. Le premier numéro de la nouvelle formule a atteint 200 000 exemplaires au numéro, soit une progression remarquable de 15,9 % versus 2015. Quant au deuxième numéro (daté octobre) nouvelle formule, il affiche 202 000 exemplaires vendus en magasin, soit une progression record de 22 % versus 2015 !
Votre commentaire
SFR Presse
Les drôles de méthodes de SFR Presse
Une dizaine de titres sont sortis de l’application SFR Presse, offerte aux clients SFR fixe et mobile : GQ, Glamour (Condé Nast France), Grazia (Mondadori France), Society, So Foot (So Press), Moto Journal, L’Automobile Magazine (Move Publishing), mais aussi les quotidiens régionaux Le Télégramme et Midi Libre. Selon Le Figaro (24 octobre 2016), “Un couac est à l’origine de la plupart de ces départs. SFR avait signé un accord avec le kiosque en ligne ePresse (groupe Toutabo) pour transposer une partie de son catalogue sur SFR Presse. Mais certains éditeurs n’avaient pas été prévenus en amont… 'Le processus n’a pas été transparent', peste un de ces médias”. Franck Annese, l’éditeur de So Press, qui a retiré So Foot et Society de l’application, a indiqué au Figaro : “J’étais dérangé par le discours autour de la gratuité de SFR Presse. Mes magazines ont un prix.”
Votre commentaire
Message envoyé à kautret@undp.fr · Pour se désabonner de cette newsletter, cliquez-ici.
Union Presse 16 Place de la République Paris 75010 France